Témoignage Jean Morais, Carrosserie Classic Auto à Thiais (94)

Cet article est extrait du n° 92 de Profession Carrossier dans le cadre d’un grand dossier « Covid-19 – Le choc économique »

Quelle période exceptionnelle !

Qui aurait pu imaginer… le Monde à l’arrêt durant presque deux mois et un avenir incertain pour beaucoup. Le drame s’est installé comme une traînée de poudre. Après le terrible épisode sanitaire, nous mettons le nez dehors avec quelques craintes. Les ouvriers, les employés regagnent leurs lieux de travail. N’allons pas plus loin dans une description. Nous connaissons, par le détail ce qui s’est passé, mais pas ce qui va advenir. Ainsi, ce numéro 92 de Profession Carrossier n’est pas ordinaire… et peut être sera-t-il collector ! En voici un extrait à la rencontre de

Jean Morais, Carrosserie Classic Auto à Thiais (94)

« Fermeture par manque de pièces

Au cœur d’une ville de la banlieue parisienne, cet atelier est exploité depuis 30 ans par Jean Morais. Seul spécialiste dans une ville de 30000 habitants, la réputation de ce garage, qui fait aussi de la mécanique, a permis de passer la crise sans trop de dégâts malgré la décision de fermer durant 6 semaines où le chômage partiel a été activé pour les 3 carrossiers-peintres et le mécanicien. « Très vite, je me suis rendu compte que nous aurions les plus grandes difficultés à réparer les voitures. En effet, nos sources d’approvisionnement étaient fermées pour la plupart. L’appartenance au réseau AD nous donnait un accès aux pièces mécaniques, mais pas de carrosserie.

Ensuite, pour faire avancer les dossiers, bien sûr, nous pouvons travailler en photo expertise, mais ensuite, il faut une visite d’expert lorsqu’il s’agit d’un VGE, mais malheureusement, en cette période, ils ne se déplaçaient pas. C’est seulement après le 11 mai que nous avons commencé à retrouver une situation normale qui nous permet de retravailler » détaille Jean Morais qui a mis en place, dès la reprise, les mesures nécessaires en étendant le service aux clients à la désinfection de la voiture après réparation.

Naturellement, cette pratique est également valable pour les salariés, avec une préparation de la voiture avant le passage à l’atelier. Les voitures sont préparées avant les réparations et dans l’atelier, on trouve les produits nécessaires, les masques et les gants lorsque c’est nécessaire. Par contre, même si la carrosserie continue à être nettoyée avant la restitution, il est recommandé de ne pas passer l’aspirateur sur les tapis des voitures. « Il s’agit de l’un des conseils que l’on nous a donné » indique le patron qui sait que l’étape suivante, la relance de l’activité économique du pays, ne sera pas simple. Dans la réparation automobile, les inconnues sont nombreuses. La réparation carrosserie reste tributaire des sinistres qui étaient quasiment inexistant au moment du déconfinement. »

 

 

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES