Actualité

Renault et Fiat-Chrysler vers un accord stratégique

Lundi 27 mai, le conseil d’administration de Renault se réunit à 8h00 pour discuter d’une opportunité qui est ébruité depuis plusieurs jours. Il s’agit d’une décision stratégique qui ferait naitre le premier ensemble mondial de l’automobile. Naturellement il n’est pas question à cette heure d’imaginer la suite, mais le seul fait qu’une discussion soit engagée est un signe dans un secteur économique qui doit se réinventer … afin que certains acteurs ne disparaissent pas.

La marche forcée vers les nouvelles énergies, électricité, hydrogène ou autres demande des investissements et des moyens considérables. Les alliances sont indispensables. Les élections européennes ont un peu estompé les informations venant de Turin ou de Boulogne-Billancourt.

Au début de l’année, John Elkann, président de FCA avait indiqué que son groupe devait prendre une voie « plus « créative et audacieuses pour garantir un avenir solide et attractif » … nous y sommes. Le Financial Times, avant les Echos, a levé le voile, fait de suppositions, sur la possibilité d’un partenariat mondial bénéfique à chacun, d’égal à égal.

Cette communication interviendra après un week-end de spéculations sur les contours du partenariat mondial extensif envisagé par deux des principaux constructeurs automobiles mondiaux pour tenter de corriger leurs faiblesses respectives. L’existence de discussions a été révélée samedi par le Financial Times. Selon Les Echos, le gouvernement français, actionnaire de Renault, ne s’opposerait pas en évoquant un « Airbus de l’automobile ». Côté valorisation, Renault pèse environ 15 milliards pour 18 milliards pour FCA Fiat-Chrysler.