Bosch centralise la recherche électronique et logicielle

Bosch centralise ses compétences électroniques et logicielles au sein d’une division unique regroupant 17 000 collaborateurs. L’évolution actuelle des voitures concerne principalement leur dimension électronique et logicielle. Le marché des systèmes électroniques à forte composante logicielle devrait croître d’environ 15 % par an d’ici à 2030. Pour s’imposer sur ce marché, Bosch a décidé de créer une nouvelle division nommée « Cross-Domain Computing Solutions ».

Dès le début de 2021, les systèmes électroniques et logiciels des nouveaux clients comme des clients existants proviendront de cette source unique. « A l’heure actuelle, un véhicule contient en moyenne 100 millions de lignes de code. Seule une entreprise disposant d’une vaste expertise électronique et logicielle sera en mesure de modeler l’avenir de la mobilité », explique Stefan Hartung, membre du Directoire de Robert Bosch GmbH et président du secteur d’activité « Solutions pour la mobilité ».

Le niveau de complexité de l’ingénierie automobile augmente

L’évolution déjà constatée vers une électronique toujours plus sophistiquée et des logiciels toujours plus nombreux connaît aujourd’hui une rapide accélération. Pour cette nouvelle division, l’objectif sera donc de diminuer cette complexité en faisant appel à des solutions logicielles et électroniques inter-domaines. Il s’agira aussi d’accélérer sensiblement le rythme de mise en circulation des nouvelles fonctions des véhicules. « Bosch est un précurseur de l’électronique automobile. Cela fait aussi longtemps maintenant que nous produisons des logiciels. A l’avenir, notre nouvelle division est appelée à réaliser de nouveaux progrès dans la transformation numérique des véhicules », annonce Stefan Hartung.

La voiture du futur sera logicielle ou ne sera pas

Il y a dix ans encore, une voiture comprenait environ 10 millions de lignes de code. Demain, les véhicules à conduite automatisée en compteront entre 300 et 500 millions. Pour donner un ordre de grandeur, un million de lignes de code équivaut à près de 18 000 pages imprimées. « Les logiciels joueront à l’avenir un rôle crucial dans la conception des caractéristiques des véhicules et dans leur ressenti. Cela permettra de créer des voitures toujours plus intelligentes, avec des avantages tangibles pour le conducteur », assure Harald Kroeger, membre du Directoire de Bosch. Cela fait ainsi près de quarante ans que Bosch développe ces technologies en interne, investissant pour cela chaque année près de 3 milliards d’euros. Mais aujourd’hui, l’ingénierie logicielle traditionnelle, organisée en divisions distinctes et individuelles, se heurte de plus en plus à ses limites. C’est ce qui a poussé Bosch à se réorganiser.

 

Un rôle moteur dans la transformation de l’électronique automobile

Outre le développement de solutions logicielles inter-domaines, Bosch consacre beaucoup d’efforts à faire en sorte que l’architecture E/E (électrique/électronique) des véhicules soit conçue pour durer. C’est pourquoi l’entreprise confie également à la nouvelle division « Cross-Domain Computing Solutions » la responsabilité du développement des ordinateurs de bord, des calculateurs et des capteurs des véhicules. « La tâche majeure de Cross-Domain Computing Solutions sera de garder la main sur la complexité des systèmes électroniques et, de surcroît, les rendre aussi sûrs que possible », précise Harald Kroeger alors que les véhicules haut de gamme d’aujourd’hui comportent plus de 100 calculateurs individuels. Même les véhicules compacts en comptent déjà entre 30 et 50. La puissance des ordinateurs va nous permettre de réduire considérablement ces chiffres. La division inter-domaines permettra à tous les composants électriques et électroniques d’être parfaitement compatibles. Cela permettra en outre à Bosch de générer de précieux effets de synergie.

Une plus grande proximité avec le marché et les clients

Grâce à la division « Cross-Domain Computing Solutions », Bosch sera en mesure de proposer à ses clients un système électronique et logiciel de bord provenant d’une source unique. « La transition dynamique vers une transformation numérique toujours plus poussée des véhicules jouera un rôle majeur pour déterminer la forme que prendra cette nouvelle division. Notre nouvelle organisation nous permettra de répondre encore mieux aux nouvelles exigences du marché aussi bien qu’à celles de nos clients », estime Harald Kroeger.  Le nouveau réseau de production emploiera environ 24 000 collaborateurs au sein de 21 usines réparties dans 14 pays.

 

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES