Actualité

Pièces de rechange, vers la fin du monopole

Ecrit par Auriane Kerbrat
C’est par une série de mesures que le premier ministre espère faire remonter le pouvoir d’achat des français. Ces dernières semaines auront mis à l’épreuve le gouvernement qui tente de répondre à la colère des français par des actions concrètes.

Ainsi, une des mesures évoquées par Edouard Philippe concerne la fin du monopole qui entourait les pièces de carrosserie. A ce sujet, il a annoncé que le gouvernement prendrait des mesures dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités (LOM) pour « réduire sensiblement le prix » des pièces détachées automobiles. Cela devrait avoir un double impact, alléger la facture des ménages liées aux réparations automobiles et faire travailler davantage les sous traitants industriels.

« Les pièces détachées [constituent] un budget important pour les ménages gros rouleurs, surtout lorsque leurs véhicules sont usés. Or le prix de ces pièces, et donc ceux de la réparation, sont plus élevés chez nous qu’ailleurs en Europe, probablement parce qu’en France, un constructeur bénéficie de l’exclusivité de la vente des pièces détachées visibles, et que la concurrence se trouve de ce fait probablement un peu trop faible », a déclaré Edouard Philippe. « Nous prendrons des mesures qui permettront de réduire sensiblement le prix de ces pièces. Nous le ferons progressivement et en lien avec les professionnels. D’abord sur les phares, les vitres et les rétroviseurs puis sur les pièces de carrosserie, nous encouragerons l’utilisation de pièces de seconde main. Je ne méconnais pas les aspects liés à la qualité, mais je sais aussi que l’on peut rendre du pouvoir d’achat et un pouvoir d’achat considérable à nos concitoyens en agissant en la matière », a t-il ajouté.

La Feda s’est évidemment réjouit de cette annonce. Dans un communiqué, elle rappelle que cela fait des années qu’elle demande de mettre fin à ce monopole qu’elle qualifie d’anachronique. Alain Landec, Président de la Feda, se réjouit que le combat de la Feda aboutisse enfin. Alain Landec appelle le gouvernement à se mettre au travail le plus rapidement possible. « La FEDA prendra évidemment toute sa part aux travaux préparatoires à cette ouverture du marché des pièces détachées », a précisé le président de la FEDA.